Partagez
  • 37
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    37
    Shares

Oriane Audebert est une jeune artiste qui est originaire de la presqu’île de Quiberon. Elle a effectué ses études artistiques à l’université de Rennes 2 : en Arts Plastiques et Histoire de l’Art. Son travail est tellement particulier qu’il intrigue, captive totalement l’œil du spectateur soumis aux variations de perspectives générées par les ondulations quasi vibratoires du trait de la dessinatrice.

Vous avez un style particulier, qui intrigue…

En effet, je dessine au stylo bille classique, uniquement en noir et blanc, car c’est ce que je préfère. C’est naturellement ce qui me séduit le plus dans le travail d’autres artistes.

Vous avez toujours dessiné sous cette forme ?

J’ai d’abord commencé par des portraits au pastel sec, et lors de mes études j’ai beaucoup expérimenté. J’ai entre autres pratiqué la sculpture au fil de fer ou la photo. Mais mon domaine, c’est le dessin.

D’où vous viennent ces visages captivants ?

Je les réalise à partir de plusieurs photos. Je refais carrément un nouveau visage.

Quels sont les artistes qui vous inspirent ?

Beaucoup bien sûr. Je citerai juste à titre d’exemple la dessinatrice Christiane Spangsberg et la sculptrice Carla Cascales.

Et les artistes Rennais ?

J’aime beaucoup le travail d’Angélique Lecaille, ou celui de la dessinatrice Aurélie Joyce. Mais il y a plein de créateurs intéressants.

Comment vous situez-vous par rapport à l’art contemporain ?

J’ai une pratique de dessin contemporain, mais on ne peut pas parler d’une démarche similaire à l’art contemporain institutionnel. En ce moment, je suis dans une perspective de recherche esthétique, moins conceptuelle que le type de production que l’on rencontre par exemple au FRAC. Mais j’apprécie ces institutions. J’y ai vu beaucoup d’artistes intéressants. Ce sont des lieux de références.

Que pensez-vous de la politique culturelle de Rennes ?

Il y a beaucoup de choses qui se passent à Rennes. Il faut reconnaître que la Ville aide les artistes : par exemple à travers la politique de soutien avec les ateliers d’artiste ou avec les aides ponctuelles aux projets culturels, comme lors du Petit Marché de l’Art par la mise à disposition de matériel ou de la halle Martenot. Par rapport aux arts visuels, l’offre est un peu moins importante que sur Nantes. À Rennes, il y a néanmoins un côté plus intimiste que j’apprécie…

Quels sont vos projets ?

Je continue à exposer, et je fais cet été quelques marchés d’art du Morbihan, comme à Plouharnel. Sinon, je suis inscrite en tant qu’artiste et je compte vivre de mon art. C’est mon objectif. Enfin, je suis engagée dans l’association ART2Rennes, qui est un projet très entraînant…

Vous avez été récompensée dernièrement…

Oui, j’ai obtenu le premier prix de peinture de la ville de Ploemeur lors du dernier Salon de la Création Artistique. Et au Petit Marché de l’Art de Rennes, mon œuvre sélectionnée a été vendue à 250 euros, mais elle a été estimée par la commissaire-priseur au double. Je fais également partie des 5 artistes sélectionnés par la Fabrique de Dessins lors du Petit Marché de l’Art. C’est vraiment encourageant pour l’avenir.

interview par Dragan Brkic et Etiou

ARTISTE PLASTICIENNE
www.orianeaudebert.com
https://www.facebook.com/AudebertOriane/
https://www.instagram.com/oriane.art_rennes/