Partagez
  • 17
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    17
    Shares

Comment s’est construite ta passion pour la peinture ?

Tout simplement suite à une rencontre il y a 4 ans avec une peintre. Car, auparavant, je ne m’intéressais pas vraiment à la peinture. Et d’un coup, ce fut comme un coup de foudre ! Bien sûr, au début, je faisais des croûtes. Mais j’ai vite progressé. Et je me suis cultivée sur le sujet : j’ai régulièrement été à Paris pour faire des expos, et je continue d’ailleurs toujours à y aller deux fois par an. Et un jour une amie m’a conseillé de montrer mon travail. J’ai ainsi fait ma première expo il y a trois ans et demi. Mon travail a évolué après. Je me suis perfectionné, j’ai pris de l’assurance. Pour résumer, c’est parti avec quelque chose qui me faisait du bien, et c’est devenu vital, viscéral. Désormais, quand je ne peins pas, je ne me sens pas bien.


Quelle est ta méthode de travail ?

Elle est assez basique. Je travaille à partir de photos. Mon support est la toile. Et je peins avec de l’acrylique que j’utilise brute, non diluée. Je la pose au couteau en ce moment. Mais je me sers aussi de pinceaux. Parfois, je rajoute aussi des feuilles d’or et du collage.


Ton travail actuel s’articule autour du visage féminin, peux-tu nous expliquer cette démarche ?

J’ai toujours eu de l’admiration pour toutes les femmes ! Elles sont fortes et sensibles. Quand j’étais petite, j’aimais bien le maquillage. En quelque sorte, c’est resté. Maintenant, c’est comme si je maquillais mes toiles. Il n’en demeure pas moins que mon travail a évolué : je n’ai pas les mêmes techniques qu’avant. Et je peux peindre aussi autre chose. Ce qui est formidable dans la peinture, c’est l’infinité des possibles. Je n’irai pourtant pas jusqu’à peindre des paysages. Mon sujet, c’est l’être l’humain. Dans l’absolu, je serai une portraitriste coloriste.

Es-tu inspirée par un peintre particulier, par un mouvement pictural ?

Je fais tout simplement de l’art figuratif car, comme je l’ai dit, il me faut absolument de l’humain. Sinon, ce que j’apprécie par-dessus tout, c’est le street-art. D’abord parce ce que c’est coloré. Et la couleur j’aime ça. Après, il y l’incontournable Monet. Chez lui, c’est la sérénité qui m’inspire. Ensuite, il y a des peintres contemporains : Julien Durix, Françoise Nielly, Jimmy Law, Raphaël Laventure. Et chez les street-artistes, j’aime bien Jo Di Bona, Tarek et Basto.


Est-ce que Rennes t’inspire ?

Évidemment ! C’est ma ville de cœur ! J’adore m’y balader. Par exemple de la Place de Bretagne jusqu’à la route de Lorient par les berges. J’aime déambuler au thabor, et même à la Cathédrale que je trouve majestueuse ! Bref, je me sens bien ici, du coup ça m’inspire. Et puis il y a les amis…


Que penses-tu de la place des arts picturaux dans la Ville de Rennes ?

Comme je l’ai dit, j’aime principalement le street-art à Rennes. Pour moi la peinture doit être partagé, accessible à tous, visible pour tous. Et le street remplit ses fonctions. Concernant les lieux d’exposition, je trouve qu’on y gagnerait à ce qu’ils soient mieux répertoriés. C’est dommage d’ailleurs que dans l’esprit des gens ce soit toujours les mêmes structures qui reviennent : le musée des Beaux-Arts, la Frac ou la Criée. Moi, la Criée je ne connaissais pas. Je viens de découvrir cet endroit il y a peu avec une amie…

Que penses-tu de l’art contemporain ?

Pour que l’art contemporain soit compris, c’est bien qu’il y ait quelqu’un pour expliquer la démarche à côté. Bon an mal an, c’est le musée des Beaux-Arts qui attire du monde. Mais à côté il y a une multitude d’artistes méconnus qui font vivre la cité. Avant, je ne les connaissais pas, mais à partir du moment où je m’y suis intéressée, j’ai découvert ses artistes magnifiques.


Quels sont tes projets artistiques ?

Je vais passer au format 1 m 62 / 1 m 30. Ma prochaine expo se déroulera à La fontaine aux perles à Rennes en février. Puis au 18 Quai à Rennes, une expo avec mon amie Claire Guyomard en mai. Je continue sur les portraits, mais je vais peut-être élargir mon panel en passant au visage masculin.


En savoir + et suivre « Dans les pinceaux d’Émilie » :


Autres articles :


Entretien réalisé par Dragan

Dessin réalisé par Etiou